Alimentation

Manger bon, sain, au juste prix. Voilà bien un sujet qui rallie tout le monde.

La crise du covid 19 de 2020 a souligné le manque d’autonomie alimentaire de notre coin de Haute Savoie. Côté fondue et diots ça roule, mais le poireau et la courge sont un peu absents. Nous avons une autonomie en légumes d’à peine 7% sur tout le Chablais


A Neuvecelle ce sont les importations plus ou moins lointaines qui fournissent les fruits et légumes de notre alimentation quotidienne. Dommage, alors que tant de terrains pourraient devenir nourriciers à deux pas de chez nous. Des jardins que l’on ne cultive pas ou plus, des prés oubliés.


Un des objectifs de L’agastache est d’offrir la possibilité à certains de ces terrains de se transformer en de généreux maraichages, en mettant en relation jardiniers-paysans et propriétaires. Des solutions existent, du bail agricole de 9 ans, au rachat par un Groupement foncier agricole (GFA) ou une Société civile immobilière (SCI), en passant par le prêt à commodat. Et ça marche !

   Relocaliser la production

 

Mettre en valeur les espèces locales

 

   Gagner en autonomie

                                                            Mieux se nourrir

 

Si tout se passe pour le mieux, les jardins de Solune nouveaux maraichers installés sur des terrains prêtés pour 15 ans, fourniront des paniers de légumes en 2022. Quelques projets sont en germination, d’autres ne demandent qu’à éclore.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Parmi les projets de l’association, réinventer le verger municipal permettra à tous les enfants de notre commune de goûter une pomme, une cerise, une poire, un kaki cueillis directement sur l’arbre, un arbre que certains d’entre eux auront planter quelques années auparavant.


Les fruits oubliés des vergers privés pourront avoir une seconde vie, et les jardins que l’on ne peut plus entretenir seront de nouveau fertiles. On apprendra à goûter les plantes sauvages, à conserver les légumes, à lutter contre le gaspillage alimentaire. Nous créerons des spécialités Neuvecelloises à partir des végétaux comestibles qui se plaisent le mieux sur la terre d'ici.

 


Miam, voilà qui aiguise l’appétit.

Autrefois Neuvecelle était riche de nombreux vergers, certains existent encore mais beaucoup de fruits restent sur les arbres, parce que l’on n’a pas assez de bras pour récolter ce qu’ils nous offrent.