Blog

Un Fiacre allait jardinant

30/08/2021

Un Fiacre allait jardinant

Saint Fiacre, que l’on fête le 30 août est le saint patron des jardiniers. 

Avec un nom de carrosse sur roues, on s’attendrait plutôt à ce que Fiacre préside aux destinées des voyageurs. Mais les chrétiens en ont d’abord fait le protecteur des jardiniers, parce que dit-on, il en pinçait pour le travail de la terre, et plus particulièrement pour les plantes médicinales. Il était moine et anachorète (c’est-à-dire un peu retiré tout seul) et féru de plantes.

 


Saint Fiacre est né dans une famille noble d’Irlande au début du VIIe siècle. Les aléas de la vie l’ont amené à 17 ans en France, du côté de Meaux. Là l’évêque Faron lui concèda la parcelle de la forêt de Breuil qu’il avait été capable d’entourer d’un fossé en un jour. D’un terrain difficile Fiacre crée alors un jardin potager et un jardin des simples productifs, grâce auxquels il nourrit et soigne les pauvres des alentours.


Saint Fiacre a bénéficié d’une grande popularité en France : les historiens ont dénombré pas moins de 522 statues le représentant le plus généralement avec une bêche, parfois avec un pot de fleurs, voire avec un arrosoir.

 

 

Encore aujourd’hui de nombreuses communes organisent des festivités le 30 août (Orléans, Saint Germain en laye, Avon, Saint Valéry sur Somme, etc.)


Fiacre est mort vers 670 au Breuil, ses fidèles y ont bâti un monastère autour duquel s’est formé un village qui porta son nom. Les pèlerins se rendent sur son tombeau pour demander la guérison de toutes sortes de maux, en particulier les hémorroïdes, le « mal de saint Fiacre », la tradition affirmant qu'il suffisait de s'asseoir sur la pierre sur laquelle le saint avait l'habitude de se reposer pour être guéri. La molène commune, laxatif naturel appelée herbe de Saint Fiacre depuis cette époque, a hérité d’une partie de son illumination.

 

Arroche : changer d'épinard